Humeurs

Bas les masques !

Pourquoi devrais-je donner les masques que je couds ? C’est vrai, il y en a plein qui le font… « Pourquoi tu fais payer ? » « Oh, mais c’est cher ! » Je reviens vers vous pour être claire et répondre à toutes les questions ou remarques qu’on fait aux couturières qui vendent le fruit de leur travail ! Pas plus tard, qu’hier soir on m’a pris à partie sur la vente de mes masques !

Cher peut-être mais par rapport à quoi ? Je les propose en coton, inspiré du modèle AFNOR, à 8€00/pièce et 15€50 les 2, 30€50 les 4, 45€50 les 6 et 60€00 les 8. Plus d’infos par ici.

Alors cher, mais par rapport à quoi ?

A celles qui les donnent, je suis d’accord, 8€00 c’est plus cher que « donné !

Si on compare à un masque cousu en Chine, ou à Taïwan… la façon n’est pas aussi belle, j’utilise du coton, pas du polyester, qui est moins cher que le coton, ben oui c’est du plastique ! Bref, on ne compare que ce qui est comparable ! Et puis, pourquoi l’État français paie des masques aux Chinois et nous on n’aurait pas le droit d’en vendre #madeinFrance ?!

Mes masques sont #zerodechet, lavables et donc réutilisables. Vous pourrez les laver et relaver et relaver… au moins 15/20 fois voire beaucoup plus. Les tissus que j’utilise viennent de mon stock, achetés en France. Ils sont pour la plupart certifiés Oeko-Tex, qui garantit 100 critères en faveur de l’environnement et de l’homme. Ils sont achetés en France et proviennent de France et d’Europe, je privilégie toujours les circuits courts (enfin les plus court possible). J’utilise les chutes en priorité, créatrice zéro déchet, c’est primordial pour moi de ne pas jeter du tissu ! Chaque coupon qui entre dans mon atelier est passé au lavage en machine avant ! Grand principe de couturière professionnelle que ma grand-mère m’a transmis quand elle m’a appris à coudre ! Cela évite que les tissus rétrécissent, qu’ils ne dégorgent, enlève la poussière, les apprêts…

Masques #madeinbeaujolais

Ils sont cousus main en France, avec un taux horaire français, ben oui… je veux vivre de mon travail et je vis en France ! Je déclare mes ventes au RSI et paie des taxes et des charges sur mes ventes. Je suis installée en micro-entreprise depuis 2016, inscrite à la CMA (Chambre des métiers et de l’artisanat).

Quels coûts pour un masque ?

Et oui, tout a un coût !!

1- Les tissus d’abord, on en trouve à 7€00/m ou à 15€00/m, voire beaucoup plus si on prend des libertys anglais. Je couds avec mon stock ! Donc le coût du tissu peut varier d’un coupon à l’autre. Même si c’est une chute, j’ai payé le tissu au départ ! On m’a fait la remarque hier, « prenez des chutes ! »

2- Les élastiques ou les rubans, les prix ont grimpés et on en trouve presque plus sur le net ! Heureusement, j’avais un peu de stock et une amie m’a envoyé presque 10m d’élastique. Je vous laisse regarder les tarifs, j’ai des masques à coudre !

3- Cout horaire français : j’ai fixé moi même mon cout horaire, il tient compte de mon savoir-faire, de mon expérience, de la valeur que je donne à mon travail. Je travaille et vis en France. Donc je dois pouvoir vivre de mon travail. Je mets entre 15 et 20 minutes par masque (moyenne 17,5 minutes). Si je prends le taux horaire du SMIC, cela fait : 10,15/heure bruts. Calcul rapide : 10,15/60 = 0.1691666, soit 17,5 minutes x 0.1691666 = 2€9604155. Donc si je veux aller jusqu’au bout du raisonnement, je ne peux pas vendre un masque moins de 3€00, car cela ne représente que le coût horaire !

4- Le fil, alors là le fil c’est le plus difficile à quantifier ! Il faudrait que je couds un masque et que je le découse pour calculer la longueur du fil que j’utilise pour chaque masque…!!!! Autant dire que je ne le fais pas, j’ai des masques à coudre pas à découdre ! J’arrondis mon coût matière, c’est plus simple.

5- Charges et Taxes : déjà le RSI c’est 14% sur toutes les ventes. A cela je dois ajouter les frais : d’électricité, les coûts d’achat et d’usure des machines, les frais de vente sur les plate-formes (Etsy, Pitimana, Un Grand Marché…) le coût marketing, et tous les frais divers et variés (encre pour la notice d’utilisation, papier, enveloppe, timbres pour l’expédition ou essence…) les frais d’assurance, de communication… Bref, vous l’aurez compris une entreprise, même micro a des frais et doit rendre des comptes pour assurer sa pérennité et ne pas couler ! Ah j’oubliais la marge, c’est un % qu’on ajoute à la fin. Il est interdit de vendre à perte en France, c’est à dire que je ne peux pas vendre un masque à 3€00 s’il me coûte minimum 4€50 à réaliser ! Les miens sont FDP (frais de port) inclus, en plus !

Le cout de revient prend en compte tous les coûts et on ajoute la marge ensuite. Ce qui permet d’assurer la survie, la vie d’une entreprise.

Ne soyez donc pas choqués de nous voir proposer nos masques à 8€00, 10€00 ou 15€00 par masque ! C’est le prix de l’artisanat français !

Les masques en tissu : zéro déchet et durable

Il est cher d’équiper toute une famille, c’est un budget mais qui va servir dans quelques jours, longtemps et sans doute plus tard, c’est un investissement. Ce n’est pas un achat éphémère ! Vous pouvez les laver et les réutiliser de nombreuses fois. C’est mieux que tous ces masques jetables qui partent à la poubelle !

En milieu médical, la question ne se pose pas, mais pour aller faire ces courses, sortir prendre l’air ou acheter le pain, le masque en tissu lavable est TRÈS UTILE !

Voilà pourquoi, je ne souhaite plus qu’on s’en prenne aux couturières professionnelles dont je fais partie ! Et payer 8€/10€/15€ pour se protéger et protéger les autres, n’est pas si cher.

Pourquoi ?

Vous, qui lisez le blog, qui me suivez, qu’en pensez-vous ? Quand je lis les messages de certaines personnes sur les blogs, les pages Facebook… les remarques acerbes contre les couturières, je me dis qu’on a un sérieux problème…! C’est vrai, pourquoi les couturières ne devraient pas se faire payer et vendre leurs masques ?

On a pas demandé aux infirmières de travailler sans être payer ! Encore heureux !! On ne demande pas aux boulangers de donner leur pain sous prétexte que c’est la crise du Corona Virus ! Et que dire des éboueurs, des postiers, des caissières… tous ceux qui continuent de travailler depuis le 16 mars. On ne leur a pas demandé de travailler sans être payés ! TOUT TRAVAIL MÉRITE SALAIRE ! Alors pourquoi on demande aux couturières de ne pas se faire payer ?! OU du moins, on critique fort celles qui vendent leurs masques !

Ben… parce que c’est plus facile de demander à plein de gens qui sont à la maison de faire quelque chose, c’est vrai on se tourne les pouces depuis le 16 mars !! Au lieu de commander des masques à temps ou de payer les couturières, pour un vrai JOB !!

On fait un patron sur le site de l’AFNOR, cela rassure tout le monde, moi y compris puisque je m’en inspire !! Et ensuite, on envoie un mail à toutes les personnes qui ont téléchargé le patron (plus de 500 000) pour s’inscrire sur une plateforme pour confectionner des masques gratuitement et les donner. Si, si je vous assure, que c’est vrai !

Je vous propose un extrait de ce post qui résume tout… A retrouver aussi sur la page Facebook de : The Amazing Iron Woman

Tout ça pour dire qu’ils ne faut pas opposer le bénévolat aux couturières professionnelles ! Qu’il ne faut pas oublier que si nous cousons des masques, c’est parce que l’État n’en a pas assez pour tout le monde ! Que j’ai même entendu un médecin dire, que « tout le monde pouvait faire son masque, il y a des tutos sur le net, tout le monde peut le faire » !! Que des mairies ont mis en place des réseaux de bénévoles au sein de leur communes en leur disant que « c’est bien d’aider son prochain » ! Oui c’est bien, je ne dirais pas le contraire ! Mais on se fout un peu de ces belles personnes, je trouve ! On a mis en place un système qui oppose les professionnels et les bénévoles. Un système qui vient palier à un réel manque de moyens et d’organisation… Je suis triste et en colère.

J’ai cousu des sur-blouses pour le soignants et je suis ravie de l’avoir fait bénévolement, mais on m’a fourni tout le matériel, même le fil ! Au départ, j’ai refusé toutes les commandes de masques, je ne pouvais pas les faire, car je n’ai que du coton à l’atelier. Les modèles proposés au départ ne pouvaient se faire qu’avec de la polaire et du polyester. Je n’ai pas eu l’idée de les vendre. On m’en a commandé et je disais non, jusqu’au modèle de l’AFNOR. Alors, j’ai dis oui et j’ai proposé mes masques en coton au tarif que j’estime être juste pour continuer de faire vivre mon entreprise, sans faire des bénéfices de folie, non plus ! Et je ne comprends pas l’acharnement sur les couturières, car on ne reproche pas aux pharmaciens de produire et vendre du gel hydroalcoolique ! Alors pourquoi nous ?!

Bref, je veux bien échanger avec vous sur le sujet…

Mais je ne veux pas recevoir de critiques ou de remarques sur le coût des masques, ni sur le fait que je vends mes masques. Car je suis une couturière artisane, qui n’a plus aucun revenu depuis le 16/03, qui ne coche aucune case pour aucune aide ! Je fais ce que je sais faire et ce que j’aime faire, coudre est mon métier !

Merci de m’avoir lu et prenez soin de vous 😉

Partagez / Share !

23 commentaires

  • Sandrine

    A 300% d’accord avec vous !!!
    Couturière amatrice, mes amis se sont souvent moqués de ce loisir associé au grand âge, mais j’ai toujours laissé parler par contre bizarrement quand il s’agit de demander si éventuellement on pourrait pas dépanner pour un ouelet « parce que tu comprends la retoucheuse elle est pas donnée… » bah voui, la retoucheuse c’est son métier et de la même façon qu’on n’aurait pas l’idée de ne pas payer i

  • Sandrine

    Rhooo j’avais pas terminé !!!
    Donc je disais, de la même façon qu’il ne nous viendrait pas à l’idée de ne pas payer un peintre, pourquoi une couturière devrait travailler gratuitement ?? Parce que la couture c’est à la portée de tout le monde ?? Ben achète une machine et fait toi plaisir !!!
    Bref ce roman pour dire que j’ai fait des masques gratuits pour mes proches, avec mes chutes de tissus et qu’ayant eu quelques réflexions désagréables de la part de personnes, qui me soollicitaient, parce que j’avais le culot demander à ce qu’on me fournisse la matière 1ere !!!!!!
    Bref de tout cœur avec vous et oui, vous avez raison de défendre votre métier

  • Pascale Janvier

    Bravo pour ce super article ! Je suis maroquinière mais issue du monde de la couture. Et fille et petite fille de couturières moi-même Je partage chacun de vos mots ! J’ai moi-même fait 300 masques pour la mairie de ma commune qui m’a passé une commande et je suis ravie d’avoir terminé car vous avez juste oublié une chose : ce travail est répétitif et sans grand intérêt ! Et bien sûr qu’il mérite salaire !!

  • kepp

    Je suis de la partie!
    Totalement d’accord…
    Mais surtout la grosse inquiétude maintenant va être que nous ne pourrons peut être même plus vendre de masques avec l’arrêté gouvernemental du 29 Avril ( somme’s nous concernées, je n’arrive pas à en avoir la certitude). Si c’est le cas les tissus et élastiques achetés seront perdus.
    Mais l’Afnor continue à me demander des masques sur sa plate-forme qui ne sont pas testés.
    La confusion règne.

    • Evelyne Barakat

      A tous ceux qui trouvent cher le travail des autres…une seule réponse : faites le vous même !

    • Marie-Maguelone

      Bonjour et merci pour votre témoignage.
      La question s’est posée, chez moi aussi. Je précise bien que mes masques n’ont passé aucun test et qu’ils ne sont pas des masques médicaux, encore moins des FFP2, ni des UNS 1, ni des UNS 2.
      Je précise tout quand on me contacte. C’est important d’être le plus clair et transparente possible.
      Belle journée et prenez soin de vous

    • Nicole Valot

      Couturière comme vous, je me suis aussi posée la question au début et ma représentante syndicale ma donnée les bon arguments.
      Les masques que je fabrique ne sont pas AFNOR mais validé par des médecins de famille et bien-sûr je le précise à mes clients.
      Maintenant se pose la question avec la nouvelle polémique que l’état nous a sortie en fin de semaine « il faut que les masques vendus soit aux normes » quand on sais que pour qu’un masque soit normalisé il faut un teste à +/_1500€ ! Qu’elle couturière indépendante à les moyens de faire ces tests !! Pas moi !
      On à eu besoin de nous pour lancer la machine et maintenant que les grands groupes et grandes entreprises (par rapport à nos petites structures) sont capables de fabriquer, on voudrait je jeté comme de vulgaires kleenex !
      Merci messieurs les politiques

  • Michelle

    Je suis bien d’accord avec vous..tout travail mérite salaire d’autant plus quant on est une professionnelle.
    Pour la part j’en ai fait pour les voisins voisines. ..avec des chutes mais j’avais payé le tissus au départ..j’ai offert, je ne suis pas pro mais retraitée..
    Aujourd’hui nous vivons dans un monde d’assistés qui veulent tout gratuit mais qui veulent être payé cher…
    Bravo à vous et tenez bon

  • Gigi

    Tellement d’accord avec vous !!!
    Ça m’agace tellement ce monde où tout doit être gratuit, où tout est dû.

    Et bien non. Tout travail mérite salaire, quel qu’il soit.
    Et je trouve que le travail mznuel à bien plus de valeur qu’on ne lui accordé de nos jours en France.

  • Stephanie Berth

    Quelle bonne initiative ! Bravo ! Pour ma part je n’ai pas le courage d’en faire moi-même. J’en ai commandé d’Allemagne … et je les attends. Il faut nous protéger nous même et nos proches, c’est le plus important.

  • Sophie

    Bonjour,

    En Belgique même souci…
    Je pense que c’est un peu aussi lié avec la vision qu’ont les gens par rapport aux métiers manuels de manière générale.
    « Le pharmacien, lui a fait de grande étude, c’est normal qui vende son gel, nous, on a pu apprendre par nous-même ou via des cours a gauche à droite ».
    Souvent, les « gens de bureaux » pensent qu’une reconversion bureau => travail manuel est tout a fait dans leur corde mais inversement, le garagiste (ou tout autre métier manuel) ne va pas savoir devenir agent administratif… (manque de culture, de savoir vivre, d’éducation…)
    A partir du moment où le DIY montre que tout le monde avec 2 tutos peut tout faire, et que la société met en avant les grandes et belles études, on a pas plus envie de payer le prix juste pour un masque ou qq un pour repeindre son salon, déménager,… et on se fait lyncher.
    Et puis, c’est bien connu, on gonfle nos prix et on essaye d’entuber le monde entier pour s’enrichir…

    Au delà de cette problématique des masques, je pense sincérement qu’on touche a la problématique des métiers manuels et qu’il est plus que temps de les revaloriser…

  • pascale Griffet

    Exactement du même avis, et à peu près dans la même situation. Ma réaction à moi a été de ne pas faire de masques, sauf pour dépanner quelques proches…Jai préssenti dès le début le problème, et encore plus quand les fameuses normes sont sorties du chapeau comme par magie…Heureusement ,nous avons sûrement, vous comme moi, des clients qui comprennent ce que nous nous archarnons à expliquer…Mais nous ne devrions pas avoir à nous justifier ainsi, cela devrait aller de soi! Bon courage.

    • Sandrine

      A 300% d’accord avec vous !!!
      Couturière amatrice, mes amis se sont souvent moqués de ce loisir associé au grand âge, mais j’ai toujours laissé parler par contre bizarrement quand il s’agit de demander si éventuellement on pourrait pas dépanner pour un ouelet « parce que tu comprends la retoucheuse elle est pas donnée… » bah voui, la retoucheuse c’est son métier et de la même façon qu’on n’aurait pas l’idée de ne pas payer i

      • Marie-Maguelone

        Bonjour Sandrine
        Merci de votre témoignage.
        Oui, c’est dingue cette idée qu’on ne doit pas payer une personne pour son travail manuel!
        Belle journée et prenez soin de vous